un petit tour sous iOS 7

Ca y est ! je viens de faire la bascule sous iOS 7… allons à la découverte du flat design, de quelques nouveautés de l’OS et de découvertes fortuites que j’ai faites en jouant avec l’iphone.

Avec cette version d’OS, on dit Adieu au skeuomorphisme !! C’est fini, on ne verra plus les ombrés, les effets miroirs et autre relief,  place au flat design et ce, sur une pleine largeur d’écran. S’en est fini aussi des blocs…

Comment se manifeste ce flat design ?

  • les boutons
    • n’ont plus de contour, ils peuvent être sous forme de libellé et/ou de picto
    • les boutons de la barre de navigation sont bleus, non s’en rappeler les liens du web à une différence près l’absence de soulignement
    • certains boutons d’action sont pleine largeur, leur libellé est centré,
  • l’effet de blur (flou sur les images de fond)
  • suppression des frontières entre les éléments,
  • des motifs d’interface ronds (photo, picto…),
  • sémantique  de la police…
  • les composants natifs ont évolués, tels le picker de date (ou molette), le clavier… La molette a un effet 3D et présente les libellés sémantiquement (la taille du libellé dépend de la position dans la molette). il y a comme un effet fish-eye sur l’item sélectionné.

 

 Les nouveautés fonctionnelles et gestuelles

  • les dossiers : ils deviennent multi-pages, ils n’ont plus de limite à 9 applications. La visibilité du contenu n’est plus aussi facile qu’avant néanmoins les applications sont toutes rangées en un même dossier.
  • safari : une place plus large, je devrais dire plus haute est donnée au scrall puisque la barre du navigateur disparait dès que l’on se déplace vers le bas. Dès qu’un scrall est opéré vers le haut , la navBar réapparaît. Comportement appréciable qui existait avant dans certaines applications de journaux.
  • la grammaire gestuelle a quelque peu changeé: le swipe peut se faire dans différentes directions à partir du bord de l’écran ; bas/haut (B-H), haut/bas (H-B), gauche/droite (G-D) et droite/gauche (D-G).
    • swipe B-H : ce geste à partir du bord de l’écran appelle un volet avec certaines des fonctionnalités très utilisées des paramètres (centre de contrôle de paramètres). Il permet de tuer les applications (point de départ du geste est l’application).
    • swipe H-B : ce geste en fonction du contexte et du point de départ du glissement permet d’ouvrir la liste des notifications et de faire apparaitre spolight (uniquement depuis l’accueil). Le premier voit son point de départ depuis le bord de l’écran tandis que le second est au niveau du bas du header.
    • swipe D-G : il permet sur les éléments sélectionnés d’appeler les fonctions de suppression, modification,archivage… en fonction des applications.
    • swipe G-D : il sert à naviguer mais la navigation n’est pas uniforme dans son comportement.
  • les nouvelles applications sont repérables par un point bleu à côté du nom de l’application.

Mes regrets

  •  Un effet de désorientation
    • par suppression des frontières des éléments de types blocs très présents sous l’ancien OS. Comme si on marchait sur un pont sans garde-fou,
    • des composants avec un libellé centrés cohabitant avec des contenus ferrés à gauche,
    • apprentissage d’une nouvelle gestuelle,
    • le nouveau “look and feel” des icônes d’application, qui oblige à ré-apprendre à reconnaître,
    • la perte de l’affichage de l’ heure dans les messages, on est obligé de swiper droite/gauche pour le voir apparaitre. L’affichage de l’heure est volatile, au relâchement il part. De plus, le geste d’affichage doit cohabiter avec le geste du scrall haut/bas. Bravo! que fait-on en mobilité pour n’avoir que l’affichage de l’heure sans que l’écran bouge verticalement.
  • la perte de contrôle de ses gestes par  l’utilisateur, qui voit ses “swipe” à partir du bord de l’écran évoluer et qui s’ils sont mal exécutés même à des ratés d’actions regrettables. On peut citer (1) l’appel de spolight qui cohabite avec le swipe de déplacement entre page et  celui de l’ouverture du volet de notifications, (2) l’ouverture du centre de contrôle et les boutons de la tab bar. Un autre geste peut s’avérer délicat aussi dans le navigateur, où le scrall vers le bas de page peut interférer avec l’appel du volet de contrôle. (voire ci-dessus perte de l’affichage de l’heure dans imessage).
  • La difficulté à rendre les éléments “tapables” . Pour les concepteurs et  initiés, je dirais que l’affordance va être plus dure à mettre en place.
    • le positionnement de boutons contextuels dans du contenu (cf. photo, mail…)
    • On peut craindre un surcroît d’usage du verbe dans les interfaces pour aider au repérage et à engager vers l’action faute de pouvoir donner des repères visuels.
    • L’invitation au tap ne sera plus évidente pour l’utilisateur, on peut craindre un surcoût cognitif (plus de charge mental). C’est d’autant plus dommage que l’usage principal est en mobilité, où l’on n’est pas sensé réfléchir pour interagir.
  • les effets 3D, je me pose la question de leur intérêt. Si ce n’est de donner un effet de profondeur (essayer l’effet de parallaxe sur le fond d’écran).
    • Si on étudie d’un peu plus près le cas de la molette. Dans sa nouvelle version,  la visibilité des items est réduite à  3  au lieu de 5 avant. Par ailleurs, les items les plus éloignés du fait de la 3D apparaissent déformés et sont sur une police plus fine. Cet effet de distance sémantique n’a d’intérêt que pour la mise en avant sur l’item sélectionné. Finalement, c’est une régression.
  • manque d’uniformité du comportement du swipe gauche : dans le mail, le glissé gauche/droite fait remonter d’un niveau dans l’arborescence, dans safari il équivaut à un back,… les utilisateurs s’accommoderont.
  • le fond immersif sur la page d’accueil qui fait perdre en lisibilité les icônes des applications.
  • enfin, on voit une invasion du blanc dans le fond des applications que l’on pourrait qualifier de “google-isation” et tend vers une uniformisation des univers iOS et androïd.

Mes bons points

  •  on donne une large place au contenu
  • on s’oriente vers un univers épuré, il sera donc nécessaire de bien hiérachiser l’information et bien penser les informations de première lecture et celles de seconde lecture
  • le raccourci vers des fonctions de contrôle sans avoir à passer par les paramètres.
  • l’accès plus rapide à spolight depuis n’importe quelle page de l’accueil sans avoir à revenir à la première et “swiper” vers la gauche pour obtenir le moteur de recherche.
  • geste trouvé par hasard, mais le plus efficace pour appeler spolight est de glisser le doigt le long du bord aussi bien à gauche qu’à droite. Le geste inverse (bas/haut) ferme spolight.
  • la présence dans les applications de doublons de fonctionnalités cachées et présentes visuellement. On peut illustrer le propos avec la fonction d’annulation (connue des experts) en secouant l’iphone ou bien le swipe qui permet de supprimer. Ainsi, l’utilisateur moins avertit peut mettre en oeuvre  ces opérations en passant par les fonctions visibles dans le header.
  • une nouvelle façon de tuer les applications qui est calquée sur ce que font androïd et windows 8, où le mode applications acitves est très visuel et offre un confort pour le geste de fermeture de l’application. Pour le fun, vous pouvez tuer 2 ou 3 applications en même temps, poser 1 doigt sur chaque appli affichée et glisser vers le haut (découvert par hasard).
  • conservation des anciennes fonctionnalités tel l’appui long sur le bouton d’édition du mail qui permet de d’accéder aux brouillons mais aussi de créer un nouveau mail.
  • un vrai plus dans imessage : il est possible d’effacer et de transférer une conversation. Un double tap sur une bulle fait apparaître un menu proposant plusieurs options (copier, plus… et prononcer). En choisissant “Plus…”, on peut supprimer la bulle et la transférer (picto fléche en bas à droite). Pourquoi cette fonctionnalité est intéressante ? elle permet d’accéder à tout ou partie du contenu et d’initier un copier/coller vers une autre application.
  • une présence très marquée d’applications (dont les natives) avec un fond blanc, qui a l’intérêt de nous faire baisser la luminosité et donc de moins tirer sur la batterie.
  • les gadgets : si vous regardez l’icône de l’horloge vous verrez qu’elle donne l’heure mais en plu la trotteuse bouge, les différents modes de capture du côté de la caméra, … je n’ai pas encore tout trouvé.

Conclusion, le changement a du bon ou pas… à vous de juger.

Espérons que la version future de l’OS ne casse pas ces évolutions et nouveaux apprentissages… à suivre

 

 

Publié dans Billets d'humeur