PMV et modèle de l’utilisateur

Fiabilité des modèles des participants

A partir de chacun des modèles, il devient possible d’inférer des interprétations aux messages affichés. Ainsi, on peut s’attendre à ce que

  • les conducteurs dont la représentation correspond bien au dispositif réel (le modèle de l’expert idéal) considèrent que les valeurs temporelles affichées rendent compte de la situation actuelle du trafic, en temps réel.
  • Ce ne devrait pas être le cas pour les conducteurs qui ont un modèle de fonctionnement selon lequel la durée affichée ne peut être celle de la situation actuelle. Sept des huit participants qui ont le modèle basé sur les capteurs jugent le dispositif fiable et en tiennent compte s’ils ont des contraintes de temps (le huitième dit ne jamais le quitter le BP), alors que huit des vingt autres participants jugent le dispositif fiable et six en tiennent compte pour quitter le BP.
  • Les participants dont le modèle combine le modèle du dispositif réel (de l’expert) avec un second mode de recueil de données (caméras, hélicoptère, agent posté ou en déplacement) accordent une plus grande fiabilité aux informations délivrées par le dispositif: outre des capteurs qui enregistrent la totalité des informations sur le trafic, une analyse des données réalisée par ordinateur, ces participants envisagent également un dispositif de contrôle qui supervise l’ensemble.

En Résumé

Il apparaît que bien souvent la représentation que les usagers ont du dispositif ne correspond pas au dispositif réel et, selon ces modes de représentation, la qualité des messages annoncés sur les PMV leur échappe en partie, puisqu’ils n’ont pas saisi qu’il s’agissait d’une information en temps réel résultant de l’ensemble du trafic actuel, circulant sur le périphérique. Il se pourrait bien que la sous-utilisation du dispositif pour planifier son itinéraire soit celle de conducteurs dont les représentations diffèrent du dispositif réel.

 

 

Publié dans Billets d'humeur