Le paradoxe du choix

Un plaidoyer sur la redistribution des richesses… mais si mais si… ainsi tout le monde serait heureux.

A voir et à écouter Barry Schwartz nous parle du paradoxe du choix, il soulève un problème des sociétés occidentales opulentes.

“Why more is less”

Il fait le constat que plus on a le choix, plus on est libre. Mais le choix à des effets :

  • La paralysie plutôt que la libération, trop choix fait que l’on est amené à remettre à plus tard le choix.
  • Le regret de la décision, dès lors que l’on surmonte l’indécision face au choix, on regrette peut être qu’une autre alternative est meilleure à celle faite.
  • La valeur des choses, le coût d’opportunité se soustrait à notre satisfaction
  • L’escalade des attentes, plus les options augmentent et plus les attentes sur la qualités de ces attentes augmentent. On y gagne que l’on a moins de satisfaction, même si les résultats de la décision sont bons.

Finalement, le mieux c’est le pire… pourquoi ? je peux avoir de bonnes surprises. Le bonheur , c’est avoir de faibles attentes.

Quand les gens prennent des décisions mêmes si celles-ci sont bonnes, ils se sentent déçus et s’en veulent.

En savoir plus sur Barry Schwartz :

Publié dans Billets d'humeur